Le S.T.O.P – Ou comment éviter les réactions émotionnelles

red-1315030Vous est-il déjà arrivé de réagir de façon émotionnelle et de le regretter après coup? D’avoir eu des mots durs qui dépassaient votre pensée et de vouloir revenir en arrière pour effacer ce malheureux évènement? Nous sommes nombreux à avoir vécu ce genre de situation et pourtant, nous continuons à les répéter.

Mais pourquoi donc avons-nous une tendance à réagir de cette façon? Qu’est ce qui fait que nous n’arrivions pas à nous contrôler?

En fait, nos émotions sont activées quand nous rencontrons des évènements qui touchent nos valeurs profondes, celles qui font que nous sommes, qui nous définissent. Il existe beaucoup de valeurs, j’en site ici quelques-unes pour que ce soit plus clair: La justice (et l’injustice vous met hors de vous), l’amitié (la trahison vous rend fou), la légitimité (remettre en doute vos compétences n’est dès lors pas de bonne augure pour la personne qui est en face) ou encore la famille (et pour beaucoup, toucher à un membre de la famille est passible de … problèmes!) – Il y en a bien sûr beaucoup d’autres, et chacun a en soi ce qu’on appelle l’échelle des valeurs, qui est tout à fait personnelle. Il y a autant d’échelles qu’il y a de personnes sur cette planète.

Ces échelles peuvent générer des discussions interminables avec pour but de démonter « qu’on a raison ». Voici une petite histoire qui peut vous aider à comprendre ce que je souhaite vous illustrer. Vous pouvez également faire l’exercice en groupe et discuter les résultats par la suite, vous allez voir, c’est assez drôle:

C’est l’histoire d’une princesse qui s’appelle Clémentine. Elle vit dans un château entouré d’eau et relié au reste du monde grâce à un pont. Un jour, son prince lui annonce qu’il doit partir en guerre pour défendre son peuple. La princesse l’attend. Après quelques mois, se sentant si seule, elle décide de revoir son amour d’enfance qui devient son amant. Un soir elle se rend chez lui pour y passer la nuit. A son retour au château, elle s’aperçoit qu’un fou se trouve sur le pont qui doit la ramener au château. Ce fou a un poignard qu’il utilise contre toute personne qui souhaite traverser. L’unique solution qu’il lui reste est de faire appel aux services du batelier, qui est le seul à pouvoir la faire traverser en toute sécurité. Elle lui demande donc de la faire traverser, et celui-ci lui répond qu’il lui en coûtera 200 pièces d’or. La princesse n’ayant pas d’argent sur elle, le supplie de la faire traverser. Ce dernier refuse. Elle retourne chez son amant pour lui demander ces 200 pièces d’or, mais il ne se sent pas responsable de la situation et lui signifie son refus de l’aider. Elle va donc chez sa meilleure amie, lui explique la situation et lui demande de l’aider à se dépêtrer de cette situation en lui prêtant la somme requise pour retourner chez elle. Mais celle-ci ne cautionne pas du tout les agissements de la princesse et refuse de lui prêter ces 200 pièces. La princesse, dépitée, décide tout de même de tenter sa chance, et traverse le pont. Mais oh malheur, le fou la poignarde et la princesse meurt. FIN

La question que l’on peut se poser à la fin de cette histoire est la suivante: Qui est responsable de la mort de Clémentine? La princesse elle-même, le prince, l’amant, le fou, le batelier ou la meilleure amie? Essayez de classer ces personnages dans l’ordre de responsabilité (de 1 à 6) et comparez vos résultats avec d’autres personnes. Il est rare d’avoir 2 personnes ayant le même résultat. En effet, on peut rattacher à chaque personnage une valeur (amitié, amour, confiance, argent,…) et chacun de nous trouvera une bonne raison d’avoir classé ces personnages comme il l’a fait.

Quand nos valeurs profondes sont touchées, nous avons donc tendance à les défendre bec et ongles. Alors voici ce que l’on peut faire pour éviter ces situations, faire un S.T.O.P:

(S)tep back: Ou prendre du recul sur ce qui nous arrive. Prendre conscience qu’en temps normal on aurait eu une réaction émotionnelle et essayer de comprendre ce qui a été touché comme valeur. Si la situation est réellement dangereuse (exemple: une agression physique), ne pas hésiter à vous défendre sans réfléchir.

(T)hink: Réfléchir aux conséquences d’une réaction typique. Si vous êtes au bureau et que vous hurlez sur quelqu’un, vous risquez de ne pas réussir à avoir la promotion tant espérée, car votre supérieur pourrait penser que vous ne pouvez pas vous contrôler.

(O)ptions: Quelles sont-elles en effet? à quoi n’avez-vous pas encore pensé? Je vous donne un exemple personnel: Quand je recevais un e-mail professionnel qui m’agaçait, j’avais tendance à répondre du tac-o-tac, et on pouvait lire mon émotion entre les lignes. Ce n’était pas très professionnel et j’adopte aujourd’hui une stratégie qui consiste à écrire ma réponse, la sauvegarder, et ne l’envoyer qu’une heure plus tard. Dans 100% des cas, je le modifie avant de l’envoyer.

(P)roceed: Agir, selon l’objectif que je me suis fixé et en ayant étudié toutes les options qui pourraient me permettre d’y arriver.

Cet outil peut aussi vous servir à faire le point à la fin de la journée, ou de vous aider à vous fixer des objectifs en début de journée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s